Programme
Tickets
Réparer les vivants

Réparer les vivants

Emmanuel Noblet / Maylis de Kerangal
07 - 11.02.2017

  • SSpectacle
  • T Théâtre

Ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce cœur humain depuis que sa cadence s’est accélérée
à l’instant de la naissance quand d’autres cœurs au-dehors accélé- raient de même, saluant l’événe- ment, ce qu’est ce cœur, ce qui l’a fait bondir, vomir, grossir, valser léger comme une plume ou peser comme une pierre, ce qui l’a étourdi, ce qui l’a fait fondre – l’amour ; ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce qu’il a filtré, enregistré, archivé, boîte noire d’un corps de vingt ans, personne ne le sait au juste.

Réparer les vivants, bouleversant roman de Maylis de Kerangal, est l’histoire d’une transplantation cardiaque. Comment le cœur de Simon, dix-neuf ans, va rejoindre le corps de Claire, cinquante ans, en l’espace de vingt- quatre heures. Ce spectacle retrace toute la chaîne humaine qui se constitue pour réaliser pareille prouesse. Le don d’organe, geste de générosité totale

47

qui engendre la vie, demeure pourtant un choix difficile à faire pour les proches des victimes, alors au sommet de leur douleur.

Emmanuel Noblet nous livre son adaptation théâtrale du récit et réussit le pari délicat d’incarner, seul en scène, tous les personnages de l’histoire. Avec une élégante sobriété et sans pathos, il tient le spectateur en haleine et nous fait passer du rire aux larmes au fil de sa prestation tout en nuances. 

Ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce cœur humain depuis que sa cadence s’est accélérée
à l’instant de la naissance quand d’autres cœurs au-dehors accélé- raient de même, saluant l’événe- ment, ce qu’est ce cœur, ce qui l’a fait bondir, vomir, grossir, valser léger comme une plume ou peser comme une pierre, ce qui l’a étourdi, ce qui l’a fait fondre – l’amour ; ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce qu’il a filtré, enregistré, archivé, boîte noire d’un corps de vingt ans, personne ne le sait au juste.

Réparer les vivants, bouleversant roman de Maylis de Kerangal, est l’histoire d’une transplantation cardiaque. Comment le cœur de Simon, dix-neuf ans, va rejoindre le corps de Claire, cinquante ans, en l’espace de vingt- quatre heures. Ce spectacle retrace toute la chaîne humaine qui se constitue pour réaliser pareille prouesse. Le don d’organe, geste de générosité totale qui engendre la vie, demeure pourtant un choix difficile à faire pour les proches des victimes, alors au sommet de leur douleur.

Emmanuel Noblet nous livre son adaptation théâtrale du récit et réussit le pari délicat d’incarner, seul en scène, tous les personnages de l’histoire. Avec une élégante sobriété et sans pathos, il tient le spectateur en haleine et nous fait passer du rire aux larmes au fil de sa prestation tout en nuances. 


D'après le roman de Maylis De Kerangal
Adaptation, mise en scène et jeu Emmanuel Noblet
Collaboration artistique Benjamin Guillard
Création lumière et vidéo Arno Veyrat
Création son Sebastien Trouvé
Designer sonore Cristian Sotomayor
Avec les voix de Alice Poisson, Vincent Garanger, Constance Dollé, Stéphane Facco, Evelyne Pélerin, Anthony Poupard, Olivier Saladin, Hélène Viviès.

 

Une production du Centre Dramatique National de Normandie-Rouen en coproduction avec le Théâtre Montansier de Versailles
 Avec le soutien de Le Préau Centre Dramatique de Normandie-Uire, l'ODIANormandie et de la Compagnie Comédiamuse / Espace Rotonde

Dates

Ma . 07 fev. - 20h30
Me . 08 fev. - 19h00
Je . 09 fev. - 20h30
Ve . 10 fev. - 20h30
Sa . 11 fev. - 20h30
Durée: 1h20

Revue de presse

Réparer les vivants, chorale épopée d'un coeur

Marie Baudet, La Libre Belgique - 9 février 2017

Réparer les vivants, une pièce en plein coeur

Ange-Lise Lapied, Theatrorama - 12 janvier 2017

Réparer les vivants, monologue organique

Gilles Renault, Libération - 15 septembre 2016

Noblet, un "jeune second" en haut de l'affiche

Fabienne Darge, Le Monde - 6 septembre 2016

Emmanuel Noblet répare les vivants

Benjamin Locoge, Paris Match - 5 septembre 2016

Le juste moment, avec Emmanuel Noblet

Joëlle Gayot, France Culture - 4 septembre 2016